Voyage en Amazonie au Pérou : nos conseils, prix et budget

0

Voyage 

Un voyage en Amazonie, c’est un peu le rêve de gosse qui devient réalité. Après avoir vu toutes sortes de documentaires animaliers expliquant l’importance de cette immense région du globe, préparer son voyage dans la forêt amazonienne fait pétiller les yeux. Nous avions le choix entre Amazonie du Brésil, Amazonie du Pérou, Amazonie de la Bolivie ou de la Colombie… Nous avons finalement choisi le Pérou et voici nos conseils et expériences pour se préparer à l’Amazonie, mais aussi les détails de notre séjour sur place.

Préparer son voyage en Amazonie

Tout est parti d’une idée simple : il fallait qu’on aille faire le trek jusqu’au Machu Picchu un beau jour, et nous nous sommes lancés ! C’est seulement ensuite, en regardant les guides et différentes cartes du Pérou que l’Amazonie s’est finement imposée (avec les Galapagos). Si la majorité de l’immense territoire amazonien se trouve au Brésil (63%),  il faut savoir que 10% des terres appartiennent quand même au Pérou. Au final, ce morceau qui occupe 60% des terres du Pérou que l’on appelle la Selva est bien plus grand que la France métropolitaine !

A ne pas manquer : Notre vidéo en Amazonie et aux îles Galapagos

Le Pérou, c’est très grand, et quand nous avons commencé à créer notre itinéraire de voyage avec le top 10 des choses à faire et à voir dans le coin, nous hésitions entre l’Amazonie du Nord dans la région d’Iquitos ou celle de la frontière Bolivienne dans la région de Puerto Maldonado.

Le rêve aurait été d’aller dans le parc national de Manú,  là où vivent encore des tribus amazoniennes de populations qui ne connaissent rien de notre mode de vie et ont fait la une de nombreux magazines, dont le National Geographic, mais il aurait fallu beaucoup plus de temps pour y aller car c’est un endroit assez reculé (on avait zieuté du côté de la réserve Tambo Blanquillo).

Nous n’avions pas fait de vaccin particulier avant de partir en Amazonie, mais nous vous conseillons de vous renseigner selon la zone dans laquelle vous comptez partir.Nous voilà donc finalement en Amazonie aux environs de Puerto Maldonado, à la frontière de la réserve nationale Tambopata, qui était le bon compromis pour se reposer au calme et prendre sa grosse claque de verdure tropicale après notre trek au Machu Picchu !


Lodge en Amazonie : une semaine chez Corto Maltes Amazonia

Nous avons toujours organisé nos voyages en sac à dos par nous-même sans passer par un intermédiaire ou une agence en France. Nous avons passé un certain temps à rechercher différentes prestations dans le coin avec des guesthouses, des lodges et autres éco-house et éco-lodges. Si nous avions eu un budget (beaucoup) plus important, nous aurions choisi Inkaterra mais les prix sont vraiment très élevés (du genre 10x plus élevés) pour ce lodge écotourisme. C’est donc Corto Maltes Amazonia que nous avons choisi pour son rapport qualité/prix qui nous paraissait plus que correct, et nous n’avons pas été déçus ! 

Prix d’une semaine en Amazonie

Nous avions une idée de notre budget en partant et pour l’Amazonie c’était très simple puisque Corto Maltes Amazonia propose différentes formules à différents prix, et tout est compris (hors boissons alcoolisées).

  • Programme Caïman 2 jours / 1 nuit à $210
  • Programme Lac Sandoval 3 jours / 2 nuit à $290
  • Programme Natifs 4 jours / 3 nuit à $370
  • Programme Taricaya 5 jours / 4 nuit à $495

Les prix indiqués sont par personne et le sont pour un minimum de 2 personnes. Chaque programme comporte les nuits, les repas et les excursions, alors une centaine d’euros par jour pour le tout nous paraissait correct. Nous avons choisi le programme complet Taricaya. Quand on y pense, c’est presque le prix d’une semaine en Tunisie, alors on a foncé 🙂

Le programme de nos 5 jours en Amazonie

Quand on arrive au lodge Corto Maltes Amazonia, on débarque du bateau sur le ponton qui mène à une terrasse juxtaposée à la grande salle principale qui sert de restaurant. C’est seulement après avoir passé cette salle que l’on découvre pour la première fois les jardins du lodge, et les bungalow dispersés ici et là et assez loin les uns des autres pour qu’on se sente en intimité. 

Le lodge est bien entretenu, dispose de jolis jardins arborés, de perroquets sauvages apprivoisés, de Peter le petit agouti (apprivoisé lui aussi) et d’une piscine qui fait un bien fou puisque, rappelons-le, nous sommes ici en Amazonie, une zone très chaude et humide. Les bengalows sont d’une taille plus que correcte pour deux, tout en bois, et surtout complètement ouverts sur l’extérieur ! Ça fait bizarre au début mais à l’intérieur, on entend tous les bruits des animaux de la forêt et des arbres environnants, et on voit surtout à l’extérieur de tous les côtés ! Bien sûr, des moustiquaires sont prévues et des rideaux sont à disposition pour masquer la vue pendant la nuit. L’ambiance jungle est bien là.

Le programme Taricaya est le plus complet que propose le lodge.  Le premier jour, on prend ses marques et on découvre le guide qui nous accompagnera tout au long du séjour. Pour nous, c’était James, et on le remercie pour sa gentillesse, ses découvertes et le tatouage au Jagua, un fruit dont le jus devient bleu foncé lorsqu’il sèche (voir la fin de notre vidéo Pérou – Galapagos).  C’est aussi le premier jour que nous faisons nos premiers pas dans la forêt, à la découverte des plantes médicinales, du caoutchouc et autres arbustes qui parfois ne ressemblent à pas grand chose mais qui ont une particularité certaine ! Heureusement que le guide est là pour tout nous expliquer. Le trio activités/repas/temps libre est parfaitement bien dosé et permet de se prélasser sur le hamac du bengalow ou au coin de la piscine pour se reposer et oublier la vie quotidienne le temps d’une petite semaine.

Voilà les principales activités que nous avons pu réaliser lors du séjour en dehors de la balade en forêt, repas et séances de piscine :

  • A la recherche des Caïmans (nuit) :  Juste avant de dîner, et à la nuit tombée, nous partons en bateau le long du Rio Madre de Dios à la recherche des Caïmans. La plupart de ceux que nous avons vu (voir notre vidéo) sont petits, mais ça a surtout été l’occasion de voir des Capybaras avec une colonie de bébés ! Ce sont les plus gros rongeurs du monde, et les voir évoluer dans leur milieu naturel avec leurs petits était une expérience dont on se rappellera.
  • Une journée au Lac Sandoval : On prend le bateau pour 20/30 minutes de navigation avant d’arriver sur la berge. Après une randonnée de 3km dans la forêt (on croise les premiers singes) et un enregistrement à la réserve nationale Tambopata, nous prenons un bateau pirogue pour naviguer sur le Lac Sandoval. Il est interdit de faire du bruit, ce pourquoi les bateaux à moteur sont interdits. Nous assistons à une guerre de territoire pour deux groupes de singes hurleurs qui se font entendre à des kilomètres à la ronde. Le bruit/son qu’ils font est vraiment dingue ! Nous voyons également différentes espèces volantes tels que des chauves-souris, des martins-pêcheurs ou encore des Hoazin, ces oiseaux ruminants très jolis que notre guide appelait aussi « oiseaux préhistoriques« . Bien sûr, on croise des Caïmans, mais aussi un singe-écureuil très timide et des capucins dans la forêt sur le retour. Par chance, nous sommes aussi tombés sur le repas des loutres géantes qui se gavent de piranhas et dont les cris stridents étonnent la première fois (voir notre vidéo).
  • Découvertes culinaires dans un jardin : Notre guide nous a emmené dans un jardin pour nous faire découvrir quelques plantes et saveurs locales. Les classiques ananas, cacao et autres manioc sont de la partie mais on goûte également à quelques spécialités bien locales telles que… les termites. Notre guide retire l’écorce d’un arbre et nous propose de découvrir ce mets… qui n’est pas dégoûtant. C’est dingue comme une si petite bête peut produire un goût (boisé) aussi prononcé en bouche. C’est aussi l’occasion pour notre guide de ramener du Jagua, ce fruit qui servira ensuite à me faire un tatouage sur la main que je garderai quelques semaines ensuite…
  • La famille de natifs Machiguenga : L’un des employés de Corto Maltès Amazonia est le fils d’un membre de la famille des Machiguenga, une ethnie qui vit aux abords du fleuve. Là aussi, on prend le bateau pour rejoindre l’endroit où ils vivent et ils nous montrent et expliquent comment ils font du fil, du feu, ou tirent à l’arc. Notre guide raconte qu’il a déjà vu le père chasser le sanglier dans la forêt et revenir peu vêtu avec un sanglier sur le dos, devant quelques touristes restés bouche bée. Quelques bijoux et ornements sont également fabriqués et il est possible d’en acheter pour soutenir leur cause. 
  • Le centre de sauvegarde des animaux Taricaya :  Il faut environ 45 minutes de bateau pour arriver au centre de recherche Taricaya Research Center (aussi appelé Taricaya Ecological Reserve), plus au nord du Rio Madre de Dios. Il s’agit d’un centre qui soigne et réintroduit les animaux blessés ou mal en point, et très souvent à cause de l’homme (déforestation, braconnage, animaux « de compagnie », marché noir…). On retrouve ici plusieurs espèces de singes (hurleurs, capucins, écureuils, araignées…), mais aussi des oiseaux et autres mammifères tels que les jaguars, puma et même un ours ! Le puma était un peu caché et malheureusement, l’ours que nous avons vu ne rejoindra jamais son milieu naturel. Il avait perdu tous ses poils à cause du stress infligé par l’homme qui le battait et duquel il a été arraché. La visite est complètement libre et nous avons adoré voir les singes hurleurs de très près, ainsi que d’entendre le bruit des singes araignées (huuuu huuuu huuu…) ! Ce genre de centre montre une nouvelle fois à quel point l’homme peut être vraiment mauvais, et à la fois bon lorsqu’on voit les personnes qui travaillent dans ce centre. Il faut savoir que le centre Taricaya dispose également d’un pont suspendu à 42 mètres au-dessus du sol qui permet de surplomber la canopée et observer les oiseaux. 
  • La falaise d’argile des perroquets : cette excursion se fait en marchant dans la forêt juxtaposée au lodge Corto Maltès.  On rejoint alors une collpa, falaise d’argile où les perroquets se nourrissent de sels minéraux. Ils sont des dizaines, voire des centaines à venir ici, où nous les observons avec des jumelles derrière un rideau militaire. Ils sont presque réglés comme des horloges puisque vers 10h, tous s’envolent vers d’autres occupations. On peut ici observer 3 ou 4 espèces différentes et c’est cet endroit que vous voyez à la toute fin de notre vidéo.

Bilan de notre semaine en Amazonie

Le dernier jour, nous avons rejoint le centre de Puerto Maldonado où nous avons logé chez « Tambopata Hostel » avant de reprendre l’avion le lendemain. Nous avons choisi de faire un cours de cuisine en allant au marché pour acheter tout ce qu’il fallait (poisson frais, légumes, avocats, maïs…) pour préparer le repas avec une personne de chez eux 🙂 On a ainsi préparé une fameuse chicha morada homemade délicieuse et une spécialité de la cuisine de la forêt amazonienne : poisson cuit dans une feuille de bijao et banane plantain frite et pilée.

C’est simple : si c’était à refaire, on signerait de nouveau ! Après notre trek fatiguant de 4 jours au Machu Picchu, nous nous sommes évadés dans ce petit coin de paradis à l’abris de toute civilisation ‘classique’.

Les sons des animaux de la forêt en permanence, la piscine rafraîchissante, les bons repas du lodge (et ses délicieux cocktail Pisco Sour !), les bungalows ouverts sur l’extérieur et bien entretenus, les sorties avec la faune et la flore locales… c’était vraiment un dépaysement total ! Nous n’imaginions pas aller en Amazonie lorsque nous avons commencé nos recherches pour voyager au Pérou et pourtant, nous en avons découvert une minuscule parcelle, certes, mais qui nous a fait un bien fou. 


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here