Voyage en Namibie en famille : 2 semaines de Road Trip avec 2 enfants !

Road Trip de deux semaines avec des enfants

0

Organiser un voyage en Namibie avec deux enfants peut paraitre compliqué de prime abord. Mais avec de la préparation, une carte et Internet, on peut facilement organiser son voyage, d’autant plus lorsqu’il s’agit comme ici d’un circuit en itinérance. Envie de faire un Road Trip en Namibie (en famille) ? Suivez le guide !

Organiser son voyage en Namibie

Grand pays d’Afrique, la Namibie reste encore aujourd’hui une destination peu connue. Même si on peut voir de plus en plus de gens y aller, ce n’est pas forcément le premier pays auquel on pense lorsque l’on souhaite organiser ses vacances. Et pourtant, la Namibie est un pays qui mériterait d’être aussi connu que le Kenya, la Tanzanie, l’Afrique du Sud, voire plus ! Nous détaillons dans cet article pourquoi la Namibie est un super pays à visiter, les points intéressants, nos conseils pour préparer et partir, et les sites à ne surtout pas manquer.

Les photos disponibles dans cet article sont issues de notre voyage et sont soumises au droit d’auteur. Si vous souhaitez en voir davantage, vous pouvez aller sur Instagram et retrouver le « live » du road trip en story épinglée à la une 🙂 Si vous avez des questions particulières, les commentaires sont ouverts.

L’idée de partir en Namibie avec les enfants est venue, comme souvent, en regardant des photos de voyages. Nous cherchions une destination différente de l’Asie et de l’Europe, et nous n’avions jamais fait l’Afrique à part les pays du Maghreb. Et lorsqu’on part avec des enfants, on ne peut pas forcément se permettre de se perdre dans les forêts du Congo ou de voyager dans des pays trop risqués. Je regardais donc du côté du Kenya, de la Tanzanie, du Botswana ou de la Namibie. Et nous avons finalement choisi la Namibie pour les raisons suivantes :

  • La Namibie est un pays encore assez préservé du tourisme de masse.
  • Le pays dispose de paysages très variés : océan, déserts, dunes, plaines, plateaux…
  • Etosha : l’une des plus grandes réserves animalières d’Afrique.
  • La sécurité : la Namibie est un pays très safe si l’on respecte un minimum les règles basiques d’un voyage à l’étranger

Quand je commence à creuser un pays en particulier pour un voyage, j’aime chercher des informations partout pour m’assurer de ce que l’on peut faire, et comment. Sur différents forums, sur Instagram, sur des blogs de voyage… Et lorsque j’ai commencé à creuser la Namibie, je me suis rapidement aperçu que c’était beaucoup plus facile de passer par une agence pour réaliser les paiements. Car si l’itinéraire était déjà tracé à 80% dans ma tête, il restait encore à payer (ou avancer parfois) les différents lieux où nous allions séjourner. Nous sommes donc passés par Tourmaline pour la finalisation du parcours, et on ne peut que recommander à 100% compte tenu de leur amabilité, leur disponibilité (plus de 70 mails échangés haha) et leur sérieux.

Pour organiser le voyage, j’ai parcouru beaucoup de forums et j’ai utilisé Google Maps à de nombreuses reprises pour décider des différents endroits à visiter. Très vite, le mode Road Trip s’est imposé vu les longues distances, et si c’était à refaire, on n’hésiterait pas une seconde, à 200% !

Comme nous sommes partis en période de COVID (avril 2020), nous avons eu un peu plus de paperasse à faire et des précautions supplémentaires à prendre, mais rien d’insurmontable quand on s’organise un petit peu.

Est-ce dangereux de voyager en Namibie ?

Nous avons choisi la Namibie pour voyager avec nos enfants (2 et 3 ans) justement parce que c’est un pays tout à fait sûr. J’ai beaucoup lu les retours d’expériences de voyageurs avant de partir et les doutes se sont très vite levés.

La Namibie est un pays très peu peuplé (environ 2 millions d’habitants) pour une superficie égale à 1,5x celle de la France. Autant dire qu’il y a de l’espace ! C’est d’ailleurs le deuxième pays le moins dense au monde après la Mongolie. C’est aussi pour ça qu’on a choisi la Namibie, et en période de COVID, on était parfois seuls à rouler pendant 2h en plein désert, ou pas plus d’une ou deux familles dans certains lodges.

Comme lors de chaque voyage en itinérance et organisé par nous-même, il convient juste de respecter les règles standard de sécurité, surtout dans les grandes villes. À part une petite déconvenue à Okahandja où des vendeurs très insistants ont essayé d’ouvrir les portes de la voiture pour nous vendre des babioles pendant que je faisais les courses (et où Caro était seule avec les enfants dans la voiture), nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité durant tout le voyage, bien au contraire. Nous avons toujours été bien accueillis sauf dans les logements des parcs NWR (Namibia Wildlife Resorts) gérés par le gouvernement où l’accueil n’est pas toujours au top, mais on le savait avant de partir.

Le seul point qui mérite une attention particulière en Namibie concerne la voiture. Il faut déjà trouver un bon loueur fiable, mais également faire attention à la conduite à gauche. Quand on sort du loueur en pleine ville et que tout est inversé (rouler à gauche, ronds-points à prendre à gauche, volant à droite, clignotants à droite…) , c’est un peu déconcertant et il faut être assez prudents. Une fois sortis de la ville en revanche, c’est bien plus cool 🙂

Voyager en Namibie : un Road Trip s’impose !

Lorsqu’on a commencé à tracer un itinéraire avec tout ce qu’on voulait voir durant nos deux semaines, le Road Trip s’est imposé comme une évidence. Il ne faut VRAIMENT pas négliger les distances parcourues puisque la Namibie est un pays immense et les points d’intérêts ne sont pas tous au même endroit.

Il existe des bus qui traversent le pays, mais puisqu’on voyageait avec deux enfants en bas âge, c’était une solution très vite écartée. Et ne comptez pas non plus sur des chauffeurs comme en Asie, car les prix sont ici bien plus élevés.

Vu les distances à parcourir et la diversité des paysages et des routes à prendre, nous avons donc opté pour le Road Trip en Namibie avec location de voiture 4×4. On aurait pu prendre une voiture classique et visiter la majorité de ce qu’on voulait faire, mais le 4×4 était plus sécurisant avec les enfants et on ne voulait pas se priver de certaines pistes en moins bon état et qu’il n’est possible de traverser qu’en 4×4.

Faire un Road Trip en Namibie en famille est quelque chose de vraiment simple à faire. Il suffit de savoir quels endroits on veut visiter, de tracer le chemin, et de voir où on peut s’arrêter selon les distances et le temps de route. Il y a des stations essence tous les 300km ou 400km environ et les routes sont vraiment en bon état la plupart du temps. Nous avons croisé plusieurs fois d’énormes tracteurs ou camions qui s’occupaient de tasser les graviers et cailloux des routes les moins bonnes pour qu’elles soient constamment le plus praticable possible.

Partir en Namibie en Road Trip, c’est aussi le plaisir de l’aventure, d’être en autonomie complète, de s’arrêter où on veut, quand on veut, ce qui est d’autant plus pratique lorsqu’on voyage avec des enfants. Il n’y a que dans le parc d’Etosha où il est interdit de sortir de sa voiture en dehors des zones sécurisées, et où il faut parfois improviser avec deux enfants à l’arrière et que l’envie presse. Merci les bouteilles en plastique vides ! 🙂

Louer sa voiture en Namibie

Nous avons loué la voiture chez African Tracks depuis la capitale Windhoek, un loueur qu’on recommande pour son efficacité et son sérieux.

Nous avions pris l’option d’assurance bris de glace et pneu creuvé parce que n’avais lu pas mal de retours sur des crevaisons en raison des pistes empruntées, mais on n’a pas eu ce problème, par chance. Dans le pire des cas, on avait eu droit à un tuto par le loueur avant de partir parce qu’il faut quand même se rendre compte de la taille de l’engin qu’on allait conduire pendant 2 semaines ! Un Toyota Hilux de 1m80 avec gros coffre arrière et frigo, idéal pour y passer de nombreuses heures confortables à arpenter les pistes namibiennes.

Nous avons comparé les prix de nombreux loueurs de voiture en Namibie et c’est souvent la même chose partout à peu de choses près. On aurait bien aimé économiser sur les logements et dormir sur des tentes de toit au-dessus de la voiture, mais comme c’était notre premier grand voyage avec les deux enfants en même temps, on a préféré ne pas trop chambouler leurs habitudes. Mais si c’était à refaire, on prendrait assurément l’option dormir en tentes sur le toit de la voiture vu les paysages par lesquels nous sommes passés et la sécurité de ce mode de couchage.

Quel budget pour partir en Namibie ?

En règle générale, voyage en Afrique subsaharienne ne représente pas un petit budget, surtout lorsqu’on a plutôt l’habitude de voyager en Asie. Mais en comparant les pays où il était possible de faire un safari, la Namibie m’est apparue comme l’un des plus abordables, parfois de très loin comparé à ses voisins. C’est aussi ce qui a joué en sa faveur pour partir en vacances. Nous listons ici les postes de dépense clés pour que vous puissiez établir un budget pour partir en Nambie.

  • Vols : le prix du billet d’avion pour aller en Namibie dépend évidemment de la destination de départ et de la période. Nous avons payé 650 € pour un Bruxelles – Windhoek avec une escale à Francfort pour un départ en avril.
  • Logements : le prix d’une nuit en Namibie dépend beaucoup du confort qu’on souhaite avoir. Nous avons payé en moyenne 88 € par nuit pour nos 14 nuits sur place et nous étions la plupart du temps dans des lodges ou « tentes de luxe ». On s’est parfois fait plaisir avec des hébergements un peu plus chers à 100 € la nuit (voir plus bas) pour profiter d’un site exceptionnel. Le prix comprenait souvent le petit déjeuner, et parfois le diner.
  • Voiture : Pour un véhicule type Toyota Hilux, il faut compter entre 70 et 90 euros par jour de location selon les options et assurances choisies. On peut par exemple ajouter un frigo, des sièges auto, des tentes, du matériel de camping…
  • Essence : C’est un poste à ne pas négliger si on dispose d’un budget serré puisque les distances sont grandes ! Le Totoya Hilux qu’on avait disposait d’un double réservoir pour un total de 140 litres, ce qui permettait de tenir un bon moment, mais il vaut mieux s’arrêter et remplir dès qu’on arrive au second réservoir par prudence. On a dû dépenser environ 200 € d’essence pour nos deux semaines.
  • Nourriture : Encore une fois, ce poste de dépense dépend beaucoup de chacun. Les restaurants ne sont généralement pas très chers (surtout compte tenu de la qualité de la viande sur place, par exemple), mais il sera toujours moins onéreux d’aller faire ses courses soi-même et d’utiliser le barbecue d’un camp ou d’un lodge pour se faire à manger.
  • Les parcs : Le prix des parcs n’a pas été un problème puisqu’ils sont généralement très abordables. Comptez par exemple 6€ par adulte à Sossusvlei ou 4,50 € par adulte et par jour à Etoha.

Safari en Namibie : la liberté totale à prix très abordable !

Nous avons aussi choisi la Namibie parce que c’est un pays encore très sauvage. En sortant pour aller vers le sud, on s’en est vite aperçu avec des centaines de kilomètres de pleine nature de chaque côté de la piste. Le pays est réputé pour ses nombreux animaux en liberté, et on a eu l’occasion de le constater à de nombreuses reprises.

Les grands espaces, fenêtres grandes ouvertes

« Là, c’était quoi ça ? » En roulant à 100 km/h sur une piste, il n’est pas forcément facile de tout voir, alors on a fait demi-tour et oui, c’était bien un groupe de girafes qui mangeait à la cime des arbres ! On a pu s’approcher à moins de 30m avant qu’elles ne retournent derrière les arbres et buissons, mais voir des animaux pareils dans leur milieu naturel au milieu de nulle part, ça fait toujours quelque chose la première fois.

Il y a pas mal de pistes qui sont bordées de clôtures pour éviter aux animaux de traverser n’importe où (et certaines qui sont faites de telle sorte à laisser passer certaines espèces et pas d’autres), mais on s’est aussi retrouvés à de nombreuses reprises seuls et au milieu d’un espace ouvert tout à fait immense. Parfois, il faut aussi sortir de la voiture, ouvrir une gate, et passer de l’autre côté pour se retrouver dans un nouvel espace ouvert de milliers d’hectares pour arriver à un point donné.

Etosha, la perle du nord

Et puis il y a Etosha, celui dont tout le monde parle et qui attise la curiosité bien avant le départ. Et pour cause : le parc est l’une des plus grandes réserves animalières d’Afrique. Il faut d’ailleurs presque oublier le mot « parc » puisque ça n’a strictement rien à voir avec ce qu’on connait en Europe. Etosha fait plus de 22 000 kilomètres carrés (presque 2x le Nord-Pas-de-Calais…), 350 km d’est en ouest et abrite plus de 100 espèces de mammifères et près de 350 espèces d’oiseaux. Avec 130 km de longueur et jusqu’à 50 km de largeur, le Pan d’Etosha est aussi le plus grand marais salant d’Afrique et est même visible depuis l’espace.

Nous avons passé 3 nuits à Etosha, dans les lodges de Okaukuejo, Halali puis Namutoni pour parcourir les abords du pan d’ouest en est. On aurait facilement pu ajouter une ou deux journées pour découvrir la partie la plus à l’Ouest du parc, mais le timing ne nous le permettait pas.

Etosha, c’est la liberté totale des animaux sauvages. Ici, les lions chassent la nuit et les guépards le matin. Certains voient un zèbre devenir le repas des lionnes au milieu de la route un beau matin alors que d’autres patientent le temps qu’un troupeau de zèbres traverse la piste. Nous avons également vu une dizaine de rhinocéros, cette espèce très menacée qu’il faut à tout prix préserver, mais aussi des lions (2 seulement, mais c’est le jeu, et on n’est pas au zoo), des zèbres partout, Oryx, hyènes, gnous, éléphants, phacochères et autres girafes, mais aussi des dizaines d’espèces d’oiseaux différentes dont le Rollier à longs brins, certainement l’un des plus bel oiseau qu’on ait pu voir lors de nos voyages.

Pour faire son propre safari en Namibie, il suffit donc de prendre sa propre voiture et de parcourir le parc, pour moins de 5 € par jour et par personne. Il est aussi possible de payer les services de guides dans les camps du parc, mais on voit vraiment énormément de chose seul et si vous y restez plusieurs jours comme nous, vous devriez forcément voit les animaux cités plus haut. C’est sans doute l’un des safaris les moins chers à faire de toute l’Afrique.

Puisque les animaux sont en totale liberté sur les 22 000 hectares de brousse, savane et autres forêts, rien n’est pourtant assuré. Nous avons par exemple attendu trois jours avant de voir les deux seuls et uniques guépards de notre séjour sur place. Renseignement pris auprès des livres disponibles dans les lodges, nous nous sommes levés assez tôt (vers 7h) pour essayer de trouver des lions (en journée, ils se cachent et se reposent et sont très peu visibles) mais nous n’en avons pas trouvé. C’est en revenant au lodge vers 10h que nous sommes tombés sur deux guépards qui marchaient le bord de la route. Nous les avons suivis pendant une bonne demi-heure, ils étaient en train de chasser puisqu’ils ont fini en haut d’un rocher à scruter l’horizon. C’était pour nous le clou du séjour que de voir ce spectacle, avec l’un des deux guépards qui marchait à côté de la voiture à un moment, comme si nous n’étions pas là. Les guépards sont certainement les plus beaux animaux du monde et nous avons mesuré la chance qu’on a eu que de les voir évoluer dans leur milieu naturel.

Si vous le pouvez, prévoyez vraiment plusieurs jours pour traverser Etosha et vraiment en profiter. Les pistes sont nombreuses et nous vous conseillons de prendre la carte du parc vendue un peu partout en Namibie et dans les camps du parc. Elle est assez détaillée, présente toutes les pistes, et affiche les photos des animaux phares à voir dans le parc. Très utile lorsqu’on remarque un oiseau géant qui dépasse de la savane et qu’on découvre qu’il s’agit de l’Outarde kori qui n’est autre que le plus lourd oiseau du monde avec une moyenne de 15 kg pour plus d’un mètre de haut.

Voyager avec des enfants en Namibie, c’est comment ?

Et les enfants dans tout ça ? Puisque c’était leur premier grand voyage à deux en même temps, on appréhendait un peu. Mais c’est aussi ça, l’aventure, non ?

Globalement, les vols se sont bien passés et un autre avantage de la Namibie, c’est qu’il n’y a pas de décalage horaire avec la France/Belgique ! À l’aller, on avait pris un vol de nuit pour ne pas trop déphaser les enfants, mais le retour s’est fait en journée et il fallait davantage les occuper. Chaque enfant réagit différemment au voyage, mais nous concernant et malgré les 10h de vol, ça a été.

Autant le dire tout de suite, nous n’avons eu aucun problème avec les enfants en Namibie, que ce soit au niveau de la nourriture, de l’hygiène ou de la sécurité. Nous avions pris un bon stock de couches en partant, mais nous aurions très bien pu en trouver sur place également. En ce qui concerne la nourriture, il y avait de quoi faire un peu partout et il n’y a que dans un ou deux lodges qu’on a peut-être eu du mal à trouver un repas ok, pandémie de COVID oblige avec des touristes absents du pays et des provisions beaucoup moins élevées que d’habitude.

Là où se situaient surtout nos craintes, c’est au niveau des temps de route. Nous avons dû faire 5h de route par deux fois, et il n’était pas rare de devoir rouler 2h pour aller d’un point à un autre. Et à notre grande surprise, ça s’est plutôt bien passé pendant nos deux semaines. Il faut dire qu’il y avait pas mal de place dans la voiture et que les jouets ont bien aidé 🙂 Et puis les petites pauses pour voir des animaux, faire pipi, de petites courses ou visiter différents endroits permettent aussi de couper la route régulièrement.

Notre itinéraire de deux semaines en Namibie

Ci-dessous, un aperçu grosse maille de notre itinéraire de deux semaines de road trip en Namibie avec plus de 2000 kilomètres avalés au total. Il y a encore beaucoup d’endroits que l’on aurait aimé faire (l’extrême nord ou la bande de Caprivi, par exemple…), mais ce sera sans doute pour une prochaine fois !

  • Windhoek
  • Désert du Kalahari
  • Sossusvlei
  • Swakopmund
  • Spitzkoppe
  • Kamanjab
  • Etosha
  • Waterberg plateau
Road trip en Namibie – itinéraire de deux semaines

Nos coups de cœur en Namibie !

C’est toujours difficile de répondre aux questions du genre « Alors, vous avez préféré quoi ? » ou encore « C’était votre plus beau voyage ? », alors on ne va tout simplement pas y répondre, mais on liste ici les endroits qu’on a vraiment appréciés, ou quelques petits moments insolites qui ont pu rythmer notre séjour !

  • Les 4 jours à Etosha. La liberté totale, en pleine autonomie, à se balader à notre rythme pour trouver des lions, rinos et autres éléphants dans leur milieu naturel. Et puis les deux guépards <3
  • La journée dans les dunes de Sandwich Harbour avec Bruno Nebe, un guide réputé dans le monde qui est une vraie mine d’informations et d’anecdotes sur le pays et le commerce qui entoure les rinos et (hélas) la chasse.
  • Le premier jour à Jansen Kalahari Guest Farm, dans le désert du Kalahari, avec sa piscine et les springboks en face de la chambre au petit matin.
  • Dead Vlei, alias le lac asséché avec ses troncs d’arbres morts vieux de plus de 500 ans. Les troncs noirs brulés par le soleil sortent du lac asséché blanc qui est lui-même entouré de dunes orangées/rouges. Spectacle tout simplement hallucinant et certainement l’un des endroits les plus fous et magnifiques qu’on ait pu voir dans nos voyages. COVID oblige, on a eu la chance d’y aller avec presque personne sur place, mais en temps normal, c’est l’un des endroits les plus photographiés de Namibie. Allez-y le plus tôt que vous pouvez le matin.
  • Desert Quiver Camp : l’un des logements les plus cool qu’on ait pu faire. Les « chambres » sont situées au milieu de nulle part avec une vue magnifique sur une vallée où passent gnous et hyènes, sans aucune barrière entre l’Homme et l’animal. Et puis la piscine…
  • Spitzkoppe : un amas rocheux situé dans le Damaraland vieux de 700 millions d’années. On peut y camper, et les paysages rappellent beaucoup à certains moments ceux de l’Ouest des USA. Il y a même une arche, et le coucher de soleil sur la roche orangée est absolument dingue.
  • Le ciel de nuit : ça peut paraître tout bête, mais on n’a jamais vu autant d’étoiles de notre vie. Le ciel de l’Afrique Australe est réputé, mais le voir de ses propres yeux, c’est quelque chose ! À l’abri de toute pollution lumineuse (par exemple du côté de Sesriem) et sans aucun nuage, le spectacle est tout simplement grandiose et on comprend plus que jamais la signification du mot « Voie Lactée ».
  • Madisa Camp : nous avons bien apprécié également ce logement au milieu de nulle part. Nous avons dormi dans de grandes tentes avec douches et WC à l’extérieur, au milieu de la roche. Complètement coupés du monde, ça fait toujours tout drôle de signer une décharge pour éléphants et lions qui peuvent roder dans le coin.

Je pense que vous l’aurez assez bien compris, on a beaucoup apprécié notre voyage ! La Namibie est un pays aux paysages très variés, assez facile à organiser, facile à faire, et surtout sécurisé. Le pays connait apparemment une hausse de 5% des prix par an et commence tout doucement à avoir la cote, alors ne perdez pas trop de temps pour y aller non plus si vous le pouvez 😉

Quelques tips, astuces et notes en vrac sur le voyage

  • Utiliser son drone est interdit dans les parcs par respect pour les animaux. À l’entrée d’Etosha, les bagages peuvent être fouillés. Mon drone a été scellé à l’entrée du parc (je n’ai pas eu le temps de l’utiliser durant tout le voyage haha). Attention, il faut s’y prendre bien à l’avance pour l’utiliser et remplir un peu de paperasse à faire valider par le ministère du pays.
  • Plus d’un mois après être rentré de Namibie, il m’arrivait encore à me demander si je devais rouler à gauche ou à droite dans certaines rues. On prend vite l’habitude !
  • Il est interdit de ramener du sable, des pierres et autres cranes d’animaux avec soi au retour.
  • Il existe plusieurs ethnies qui usent encore de coutumes ancestrales. Veiller à les traiter avec respect même si elles tentent de vivre du tourisme du 21e siècle.
  • Il ne faut VRAIMENT pas manquer Sossusvlei tant cet endroit est incroyable.
  • La plus haute dune du monde est Big Daddy. Elle culmine à environ 325 m et se monte le matin sinon il fait vraiment trop chaud ensuite, et on peut la redescendre en quelques minutes, direction le lac asséché de Dead Vleil. Prenez beaucoup d’eau et des chapeaux.
  • À Etosha, lisez les commentaires laissés par les clients dans les lodges sur chaque livre de la réception. De nombreux voyageurs notent les animaux qu’ils ont vus, où et sur quelle piste. Ça permet de se rendre compte qu’on a beaucoup plus de chances de voir des lions tôt le matin. Il est interdit de dire où on a vu des rinos.
  • Les himbas n’ont pas la notion de l’argent. Certains trucs qu’ils vendent (comme des poupées à leur effigie) sont parfois hors de prix.
  • Le craft center de la capitale vaut le détour. Nombreux objets en bois artisanaux, bijoux, objets de 2nde main, etc. Peu de négociation possible, mais ça se fait !
  • Toujours suivre les consignes et ne jamais sortir de la voiture à Etosha pour quelque raison que ce soit (sauf sur les quelques zones indiquées). Il y a des animaux partout et parfois cachés. On a vu une lionne allongée dans la savane, c’est vraiment très difficile à voir si on ne sait pas qu’elle est là. Un homme est mort écrasé par un éléphant en 2017 et il y a régulièrement des accidents, nous a indiqué un guide.
  • Un contact sur place nous a dit que globalement, il n’y avait pas grand chose de très gentil en Namibie. Serpents et scorpions sont au programme, et Maxime s’est réveillé un matin en disant « hé il y a un truc là ». C’était un scorpion à l’intérieur de la chambre, devant la baie vitrée. Il faut toujours marcher avec des chaussures quand on peut.
  • La ferme aux crocodiles de Otjiwarongo est cool à faire avec des enfants. On peut manger, il y a des jeux et… des crocodiles qui servent de sacs à main pour l’Italie…
  • Si vous avez vu des guépards à Etosha, pas besoin d’aller à Cheetah Conservation Fund de Otjiwarongo. On se balade 1/2 heure dans un petit parc pour les voir, mais c’est loin d’être dingue. Ils organisent des tours le matin pour faire courir les animaux par contre, et la nourriture est vraiment peu chère (et bonne) pour manger le midi.
  • Un midi, Sacha est tombé d’un banc sur des cailloux et s’est ouvert le crane. Heureusement, un « hôpital » (un seul personnel haha) était à 5 minutes du bled paumé, et on a pu nettoyer la plaie et la soigner sans point de suture. Mais il ne faut vraiment pas négliger une trousse à pharmacie à portée de main avec des enfants.
  • Les endroits qu’on aurait aimé voir avec plus de temps :
    Kolmanskop et la ville fantôme ensablée, Epupa, la bande de Caprivi très végétalisée, les chuttes Victoria, la colonie d’otaries de Cape Cross (l’odeur est, parait-il, mémorable), Skeleton coast, Palmwag…
  • La nuit tombée, levez les yeux au ciel, surtout si vous êtes dans un endroit reculé.
  • Le désert de Namib est le plus vieux du monde (environ 55 millions d’années). La route pour aller à Sossusvlei est vraiment superbe avec de gros contrastes de couleurs avant de tomber sur les dunes les plus photographiées du pays.
  • La Namibie a l’une des plus grosses concentrations de peintures rupestres d’Afrique. L’un des sites les plus connus est Twyfelfontein. On l’a fait et la balade est assez cool à faire avec des enfants parcequ’on fait un peu de grimpette dans les rochers.
  • Si vous aimez la viande, vous en aurez pour votre argent ! On a par exemple goûté du zèbre, springbok (miam), oryx (miam) ou encore du crocodile (pas terrible du tout). Les prix sont vraiment peu élevés et les portions souvent généreuses, sans compter la qualité gustative des plats proposés.
  • Pour passer une soirée dans un cadre sympa à Windhoek, vous pouvez aller à Joe’s Beerhouse. L’endroit est très connu et il vaut mieux réserver. Ils ont une brochette de toutes sortes de viande, idéal pour avoir un aperçu de ce qui se fait ici.
  • À Swakopmund, vous pouvez foncer les yeux fermés pour diner au restaurant The Tug, certainement l’un des meilleurs de la ville. Il est niché en bord de mer dans un ancien bateau et malgré une apparence huppée, on y va vraiment comme on est. Homard grillé à 25 €, Sole à 10 €, cordon bleu de Springbok à 11 € (délicieux)… Des plats parfois dignes de restos gastronomiques chez nous servis par un personnel très sympa à des prix vraiment doux. Et kids friendly.
  • Toujours à Swakopmund, le Monkey Puzzle Cafe est top à faire avec les enfants. Les plats sont pas dingues et juste « ok » mais il y a une grande aire de jeu extérieure avec du sable, des bateaux, balançoires et autres trucs à escalader 🙂
  • Les routes sont parfois bien longues avec « rien de spécial à voir », surtout dans le sud dans le désert. Prenez de la musique si besoin.
  • J’avais lu que les lodges du NWR étaient vraiment pas terribles mais nous avons été au contraire agréablement surpris. Pour le prix, c’est même vraiment pas mal. Ce sont les rares fois où on a eu droit à deux chambres, et c’était toujours propre dans les 4 endroits qu’on a fait (Etosha et Waterberg Plateau).
  • Les seuls endroits où on a vu des singes était à Waterberg (il y en a même beaucoup et il faut faire très attention et fermer portes et fenêtres partout) et sur la route en sortant de l’aéroport de Windhoek.
  • Les Game Reserve semblent souvent hors de prix. Je ne comprends pas bien ce qu’on pourrait y trouver de mieux qu’à Etosha sinon faire un safari à pied et être encore plus proche des animaux parfois.
  • Les Himbas de Kamanjab sont de vrais Himbas, mais qui se sont adaptés au tourisme. Ils sont dans leur village quelques mois par an pour montrer aux touristes quelle est leur mode de vie, mais aussi (et surtout) pour vendre de l’artisanat. Dans la ville à côté, on dort bien à oppi-koppi et son autruche semi-apprivoisée de l’autre côté du camp.
  • Pour aller à Sossusvlei, une voiture « classique » suffit sauf pour les derniers kilomètres qui se font vraiment dans le sable. Impossible d’y aller sans 4×4 et si vous ne le sentez pas, il est possible de se garer et de prendre l’un des véhicules du NWR avec chauffeur (shuttle) pour rejoindre le début des randos qui vont vers Dead Vleil et Big Daddy. Ça coûte peu cher (genre 9 €) et ça vaut toujours mieux que de s’enliser en plein soleil et de devoir sortir sa pelle ou attendre que quelqu’un passe par là. On l’a vu par deux fois, savoir conduire dans le sable ne s’improvise vraiment pas. Si vous voulez vraiment tenter l’expérience, il faut absolument dégonfler les pneus avant d’y aller. Renseignez-vous en avance auprès de votre loueur pour la marche à suivre.
  • Pour pouvoir partir de Belgique, on a dû attendre que la Belgique rouvre ses frontières aux voyages dits « non essentiels ». Ça s’est fait 4 jours avant le départ, ouf ! Ensuite on a dû faire un test PCR bien sûr, et remplir tout un tas de documents, y compris ceux pour arriver en Allemagne. Au retour, on a fait un test PCR depuis Windhoek.

On a certainement pu oublier quelques petites choses ici et là, mais grosso modo, voilà ce qu’on peut retenir de notre voyage en Namibie en mode road trip avec deux enfants de 2 et 3 ans 🙂 C’était un peu plus complexe à organiser en pleine pandémie, mais une très belle aventure qui en met plein la vue, et on ne peut que recommander haut la main ce pays magnifique qui a beaucoup à offrir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here