Une semaine en Toscane : Pise, Florence et plage de sable fin

L’Italie est un pays que j’affectionne particulièrement. J’ai déjà eu l’occasion de visiter Rome et de passer une semaine dans les Pouilles (je recommande vraiment). Mais cette année, c’est la Toscane que j’ai souhaité visiter.

1 semaine en roadtrip à l’italienne.

Nous sommes arrivées à l’aéroport de Pise. Le choix a été vite fait car cet aéroport dessert les vols low cost, ce que ne fait pas celui de Florence. A noter que depuis cet aéroport, il y a des navettes qui vont à Florence pour 6 €. Ça vaut donc le coût de retenir cette option si vous envisagez un week-end dans cette ville.

De notre côté, de nous avions un peu de temps devant nous et avons loué une Fiat 500 pour ce périple.

Je profite de ce moment de l’article pour apporter une parenthèse importante.

Alerte vigilance automobiliste : Si vous préparez un voyage en Italie, vous l’avez certainement déjà lu mais j’insiste, ce n’est pas une rumeur ; il faut faire très attention lorsque l’on conduit en Italie.

Touriste ou pas, il n’y a pas de clémence accordée pour excès de vitesse ou pour un mauvais stationnement. De même, des portions de routes peuvent interdits à la circulation pendant certaines heures voire interdites tout court. Il y a des panneaux qui l’indiquent mais parfois, quand on est concentré sur notre route avec circulation, on peut vite tomber dans le piège. Je parle d’expérience. Vous ne recevrez pas d’amende sur place, une caméra de surveillance vous filme arriver puis repartir et se charge d’envoyer le film aux services administratifs qui enverront directement la facture chez vous. Si vous passez par une voiture de location, c’est eux qui recevront l’amende et qui vous la transmettra, moyennant commission. Je n’ai pas encore reçu l’amende en question et ça peut prendre plusieurs mois voire année… Je ferais un update dans l’article quand j’en saurais davantage. Dans tous les cas, ça peut vite gâcher des vacances alors encore une fois, prudence. C’est clairement un piège à touristes permettant aux villes de se faire un peu de gras… C’est malheureusement le jeu…



Jour 1 : Visite de Pise et Lucques

A Pise donc, nous avons visité la place des miracles pour voir la fameuse tour penchée et faire l’immortel cliché touristique.

Passé cette place, la ville offre des petits coins sympas si l’on souhaite s’excentrer un peu pour trouver des petits bars sympas. Une journée à Pise a été suffisante pour nous.

Nous en avons même profité pour visiter la ville de Lucques.

Jour 2 : Florence

Florence est une ville très riche artistiquement et culturellement. Je ne vais pas rivaliser avec les meilleurs guides touristiques en la matière. J’ai vraiment été bluffée par la place du dôme. Un spectacle surréaliste qui laisse vraiment rêveur. C’est un coin à visiter une fois dans sa vie. Le reste de la ville offre vraiment beaucoup de choses à visiter. Mais….

…. je vous vois à l’avance fustiger… je n’y ai passé qu’une seule journée. Quoi ? Hérésie !

Oui, j’avoue. Autant, j’ai vraiment été sous le charme de cette ville. Autant, faire la queue pour des musées payants, voir des oeuvres que je ne connais pas vraiment… euh… voilà. Alors pardon, je ne serais pas un bon guide pour vous sur cette partie.



Jour 4 et 5 : Sienne / Volterra / San Gimignano

Sienne et sa région. Même si globalement, on mange trèès bien partout en Toscane, Sienne reste un endroit au top pour déguster le bifteck à la fiorentina avec un peu (ou beaucoup) de Chianti.

En dehors de la nourriture, il est très agréable de se balader dans Sienne puis s’éloigner un peu pour visiter Volterra et San Gimignano. Deux villes sympathiques mais très touristiques à visiter. Finalement, c’est sans doute ça qui altère un peu mon enthousiasme sur la Toscane. Je ne peux pas dire que ce n’est pas une région authentique, bien sûr. Mais le flot perpétuel de touristes qui y est déversé, en plus de tous les vendeurs à la sauvette, me gâche un peu le plaisir des visites. En tout cas, cela faisait longtemps que je n’avais pas visité un coin aussi touristique alors ça m’a fait un peu bizarre. Les Pouilles, pour ça, m’avait bien plus ravie mais c’est un autre sujet.

Dame Nature me rappelle à elle et c’est maintenant loin des églises et autres dômes que je vais.

Jour 6 : Bagni di San Filipo

Un petit coin que je n’ai pas trouvé dans mon guide alors j’espère que celui-ci saura vous plaire comme ça moi. C’est assez excentré mais ça vaut le détour si vous avez une voiture. Il s’agit des Bagni du San Filipo, plus précisément, recherchez le Fosso bianco. Classées au patrimoine mondial de l’Unesco, ce sont des sources d’eau chaude naturelles en accès libre gratuitement et c’est un vrai régal pour les yeux et pour le corps. Imaginez un mini pamukkale, d’où on accède par un petit chemin boisé, idéal pour un pique-nique à l’ombre. Je n’en dis pas plus et vous laisse regarder quelques photos qui ne rendent pas tant grâce à l’endroit. J’ai fait ce que j’ai pu.

Jour 7 : Punta Ala et Castiglione delle pescaia

Après Bagni di San Filipo, c’est sur la côte que nous finissons notre voyage. Un petit tour à la plage du côté de Punta Ala et de Castiglione della pescaia pour faire un peu la carpette, bien mérité après toutes ces déambulations.

Jour 8 : Retour à Pise

Nous remontons enfin vers Pise pour notre avion retour et avons profité de nos derniers moments là pour nous balader dans le parc régional Migliarino San Rossore Massaciuccoli. L’idéal est de louer des vélos sur place pour pouvoir se balader plus loin car l’endroit est vraiment très vaste. C’était un coin sympathique à découvrir avant de repartir en France.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *